TERRA MATER

"Un corps sur la pente ultime de la vie, dans une nature toujours renaissante. Un corps qui veut se fondre dans cette nature qui va l'absorber... un jour.

Ce corps qui accepterait sans regret que ce paradis originel et payen l'engloutisse. Un corps vieillissant qui trouve la sérénité, en acceptant que la mort soit nécessaire. Le deuil sans la tristesse mais au contraire, un apaisement de l'esprit."  Laurence Brenguier